Automne 2014

Jour 8, lundi 27 octobre.

 

Bonjour à tous.

 

Le soleil à laissé place aux nuages et aux averses aujourd'hui.

Mais, pas de problème, nous avons revêtu notre plus beau moral, totalement étanche à la morosité.

Ikimashoka !

DSC 7437

Première visite chez Mano, un éleveur spécialisé dans les variétés kohaku, shusui et kin matsuba.

J'y sélectionne 2 boites de shusuis nisaïs de 35 . 40 cm.

DSC 7444

Mais le breeder est difficile en affaires, et je peine à obtenir un prix en adéquation avec la qualité.

DSC 7450

Nous arrivons tout de même à une entente.

Ils sont très beaux, et nous n'en n'avons pas vu de jolis ailleurs pour le moment.

DSC 7454

Puis nous visitons Maruhiro, qui arrive tout juste avec une nouvelle pêche de nisaïs. Beau hasard.

DSC 7455

DSC 7456

DSC 7457

DSC 7458

DSC 7459

DSC 7461

DSC 7462

DSC 7463

Il trie les différentes qualités en un instant, dans 3 bassins différents.

DSC 7466

DSC 7468

DSC 7469

DSC 7471

DSC 7472

Grâce à la centaine de nouveaux nisaïs arrivés, nous avons un premier choix sympa.

Je sélectionne pour les magasins Couleurs de Niigata, les 4 boites ci-dessous.

Ces koïs sont très propres, et le lot très varié.

Ginrin tancho, ginrin ki matsuba, ki utsuri, benigoï, chagoï et ginrin chagoï.

DSC 7483

Kohaku et ginrin kohaku.

DSC 7497

Ki utsuri, chagoï, benigoï, soragoï, karashigoï.

DSC 7502

Kohaku, ginrin kohaku, hi utsuri, shusui, ginrin benigoï, ki utsuri et, mukashi yamabuki ( ?!? nouvelle variété apparemment ).

DSC 7503

Une sélection variée et qualitative achetée à bon prix.

Puis, en passant par la case déjeuner, nous "attérissons" une nouvelle fois chez Igarashi Seiki, chez qui nous avons rendez-vous pour acheter des ochiba-shigures.

Malheureusement, la pêche fut moyenne ce matin, et nous ne parvenons à sélectionner que quelques sujets.

Ci-dessous, la sélection faite, après de longues, longues minutes d'escrim-épuisette !

Jolis patterns, qualité correcte, mais trop peu :-(

DSC 7510

L'après-midi s'use doucement...

Après une visite stérile chez Miyatora, qui ayant pris du retard sur un ikéagué n'est pas là, nous passons par la case Miyakoya ( la petite mais célèbre échope, où l'on achète ces fameuses épuissettes chaussettes bleues ), et nous retrons à l'hôtel...

 

Beaucoup de route, et peu d'écailles en somme !

Nous ferons mieux demain. J'espère.

 

Mata-ashita