Printemps 2012

Jour 1, lundi 23 avril.

Après une très longue journée de voyage, nous voici à Ojiya.

Le temps et très semblable à celui que nous avons en France,

narita-express

et les prévisions météo de la semaine ne sont pas mauvaises du tout.

narita-express-ecran

nagaoka-gare-ferroviere

nagaoka-gare-ferroviere2

Depuis la gare de Nagaoka, sur la route de l'hôtel,
je fais halte, chez quelques éleveurs, pour prendre la température.

Tout d'abord chez Marudo.

fille-marudo

Ils sont très occupés.

Car c'est la période des empoissonnements.

marudo-koi-farm

Quelques soient leurs âges, tous les tategoïs sont transférés des bassins d'hivernage, aux étangs de grossissement, les fameux mud-ponds ou noïké en japonais.

C'est le cas du karashi-goï ci-dessus.

Nous faisons un petit tour dans les serres pour jeter un oeil aux tosaïs encore en stock.

marudo-koi-farm2

shiro-utsuri-marudo

showa-marudo

Dans un bassin, nagent de jolis shusuis en pleine forme. Leurs couleurs sont superbes.
Leur taille varie de 12 à 18 cm.

shusui-marudo

Je réserve une centaine des plus grands, mesurant de 16 à 18 cm, qui approvisionneront les magasins Couleurs de Niigata.

tosai-shusui-marudo

Puis nous faisons une visite à la Ooya Koï Farm.

kataoka farm1

La neige tombée il y a une quinzaine de jours, peine à fondre.

kataoka-farm2

Enfin, c'est la visite des serres.

Cette année, le tournant amorcé par les frères Kataoka et dont je vous parle depuis environ trois ans, est très, très visible !

Dans les tategoïs tosaïs, plus aucun chagoï en stock, et plus de beni kikokuryu.

asagi-kataoka

Uniquement des asagis, encore plus nombreux qu'à l'habitude, énormément de sankes, et quelques kujakus.

taro-masahito-kataoka

Pas de moins de 500 jumbos sankes tategoïs seront mis en croissance ce printemps.

J'aurai le privilège de choisir quelques uns de ces koïs dans les jours à venir.
Ces tategoïs seront proposés durant les différentes journées jumbo-tosaïs des magasins Couleurs de Niigata.

yamakoshi

Il se fait tard, le voyage commence à peser, nous rentrons à l'hôtel.

A demain !