• combat taureau vignAutodidactes et passionnés, les agriculteurs qui élevèrent les premiers koïs au siècle dernier, n'imaginaient pas quelle ampleur prendrait un jour ce phénomène.

    Leurs enfants, puis leurs petits enfants sont nés "les pieds dans les mud-ponds".

    Deux siècles plus tard, tout comme la culture du riz ( dont on dit qu'il est le meilleur du Japon ), l'élevage et les combats de taureau, le koï fait partie intégrante de la culture des habitants de la région de Ojiya.
  • dainichi vignAutrefois agriculteurs montagnards isolés, businessmen bilingues aujourd'hui, les breeders ont beaucoup évolué ces 30 dernières années.

    Malgré tout, ils n'ont pas oublié les valeurs transmises par leurs parents. Fiers, travailleurs, ce sont des Hommes pour qui l'honneur a un sens.

    De nos jours, les breeders sont majoritairement des petites entreprises familiales. Mais quelques uns, sont devenus de vraies structures commerciales modernes, telles la Daïnichi Koï Farm ou la Maruseï koï Farm.
  • torazo-vignReproduire, sélectionner et élever des nishikigoï fut durant deux siècles le hobby de quelques agriculteurs nippons, mais depuis une quarantaine d'années, les choses ont bien changé.

    Au milieu du 20° siècle, les premiers transports de fret aérien ouvrent de nouvelles portes commerciales. Expédier des koïs vers l'Europe devient alors possible.

    Il suffit alors que quelques pionniers occidentaux fassent le premier pas, pour que le "koï market" voit le jour.
  • koi-showa-shinodaSi les Chinois élevaient déjà des carpes colorées il y a plus de mille ans, aujourd'hui les plus beaux koïs naissent au pays du Soleil-Levant.

    Le goût du beau, et la volonté de porter au rang d'art ce travail d'élevage, en sont sûrement les raisons.

    Par empirisme, les différentes générations d'éleveurs japonais, ont amélioré leur savoir-faire, et leur savoir, pour atteindre les sommets de la qualité du koï, qu'aucun autre pays ne lui dispute aujourd'hui
  • vue-du-mushigameNiigata !!

    Pour un passionné aucun terme n'est plus évocateur.

    C'est le berceau originel du nishikigoï.

    Aujourd'hui encore, c'est dans les montagnes boisées de cette célèbre préfecture, au milieu d'innombrables rizières, que sont élevés les plus beaux koïs du monde.
    C'est l'argile pure des noïkes, ou mud-ponds, et l'eau douce des montagnes, qui rendent ce terroir unique.
  • icone-temple Une culture ...
  • icone-budda Des hommes ...
  • icone-pierresUne histoire ...
  • icone-yinyang-poissonsUn savoir faire ...
  • icone-buddaUn terroir ...

Jour 2, mardi 22.

 

vignetteBonjour à tous.

C'est parti pour notre hobby-trip 2016.

Et ça commence bien pour nous, puisque tout le monde a été réveillé par les secousses d'un tremblement de terre à 6 h 00 ce matin !

( Tout le monde sauf moi ... anésthésié par un sommeil de bébé )

Tremblement de terre heureusement sans conséquences graves, en particulier sur la côte Est du Japon, puisque l'épicentre profond et situé au large, n'aura produit au final que quelques vagues importantes, et pas le Tsunami craint.

 

Bonjour à tous.

C'est parti pour notre hobby-trip 2016.

Et ça commence bien pour nous, puisque tout le monde a été réveillé par les secousses d'un tremblement de terre à 6 h 00 ce matin !

( Tout le monde sauf moi ... anésthésié par un sommeil de bébé )

Tremblement de terre heureusement sans conséquences graves, en particulier sur la côte Est du Japon, puisque l'épicentre profond et situé au large, n'aura produit au final que quelques vagues importantes, et pas le Tsunami craint.

 

8 h 00, remis de l'évènement sismique du jour, nous prenons la route du Yamakoshi, mais sans Matcho qui est en déplacement... c'est le frérot-Kataoka qui s'y colle : Djobu-san !

 

Premier stop Sakazume.

Prise de contact avec les koïs et les montagnes pour le groupe.

a01

 

Mais pas d'achat, puisqu'aucun des goromos encore disponibles ne nous plait.

 

Deuxième halte, Ooya Koï farm.

a02

 

Là c'est un peu différent...

Il reste pas mal de femelles asagis nisaïs... avec l'aide de Djobu j'en sélectionne 2 ( pour nos shops ) qui mesurent entre 40 et 45 cm.

a03

 

Très belle peau, excellente morphologie, écaillage régulier et taille correcte.
Deux poissons qu'il sera intéressant de suivre dans le futur.

a04

 

Dans le bassin mitoyen, je dégote un magnifique nisaï sanke très esthétique, pour accompagner ces 2 demoiselles d'azur.

Peau excellente, pattern agréable et équilibré, ce joli mâle mesure 40 cm+.

a05

 

Nous faisons ensuite un passage chez Izumiya.

Je pense que tous les membres du groupe ont été agréablement surpris par les installations et les poissons d'Izumiya Koï Farm.

Mais pas d'achats ici non plus.

 

Maruhiro maintenant, avec la visite du célèbre et incontournable bassin circulaire, plein à craquer !

a06

 

Malheureusement, un récent traitement au permanganate de potassium qui teinte l'eau ne nous permet pas de profiter pleinement du spectacle... nous repasserons !

 

Toutefois, comme il y a beaucoup de nisaïs dans les bassins nous faisons une petite sélection.

Lionel se choisit les 2 doitsus koganes ochibas femelles de 40-45 cm environ ci-dessous.
2 spécimens "FULLY" ou "tarte aux pommes" très originaux.

a07

 

Pour les magasins Couleurs de Niigata je sélectionne les nisaïs ci-dessous.

Un nisaï ki utsuri de quasiment 40 cm.

a08

 

Puis un showa et un tancho de 38 - 40 cm nisaïs.

a09

 

Nous continuons nos fouilles approfondies dans les différents bassins de nisaïs.

Gabrielle persévère, mais ne trouve rien a son goût.

a07bis

 

Mais pour ma part, je trouve encore les 6 sujets ci-dessous.

2 ki-utsuris et 1 ginrin ki-utsuri, toutes femelles, qui mesurent entre 35 et 40 cm.

a09bis

 

Puis, toujours femelles, ces 3 koganes ochibas de 45 cm environ.

a10

 

Très belles, et gros potentiel de croissance.

a11

 

Occupés à farfouiller dans les bassins, nous n'avons pas trop regarder l'heure... il est tard !! 13 h 30.

 

Djobu nous trouve un petit restaurant japonais typique pour la pause déjeuner.

Au menu, tempura et soba ! Succulent !

a12

 

Il est 15 h quand nous reprenons la route... nous n'aurons de temps que pour une visite cette après-midi, et ça sera la Marusei Koï Farm.

Pas de chance personne n'est là pour nous renseigner sur les prix...
Ce qui ne nous empêche pas de fouiner dans les bassins et de pêcher plusieurs poissons.
La nuit approche quand nous décidons de repasser demain matin à la première heure, pour finaliser plusieurs sélections.

 

Alors retrouvez nous, demain, dans le prochain épisode :

"Les 7 bidas en folie et le caporal Matcho, en manoeuvre à la Marusei Koï Farm".