• combat taureau vignAutodidactes et passionnés, les agriculteurs qui élevèrent les premiers koïs au siècle dernier, n'imaginaient pas quelle ampleur prendrait un jour ce phénomène.

    Leurs enfants, puis leurs petits enfants sont nés "les pieds dans les mud-ponds".

    Deux siècles plus tard, tout comme la culture du riz ( dont on dit qu'il est le meilleur du Japon ), l'élevage et les combats de taureau, le koï fait partie intégrante de la culture des habitants de la région de Ojiya.
  • dainichi vignAutrefois agriculteurs montagnards isolés, businessmen bilingues aujourd'hui, les breeders ont beaucoup évolué ces 30 dernières années.

    Malgré tout, ils n'ont pas oublié les valeurs transmises par leurs parents. Fiers, travailleurs, ce sont des Hommes pour qui l'honneur a un sens.

    De nos jours, les breeders sont majoritairement des petites entreprises familiales. Mais quelques uns, sont devenus de vraies structures commerciales modernes, telles la Daïnichi Koï Farm ou la Maruseï koï Farm.
  • torazo-vignReproduire, sélectionner et élever des nishikigoï fut durant deux siècles le hobby de quelques agriculteurs nippons, mais depuis une quarantaine d'années, les choses ont bien changé.

    Au milieu du 20° siècle, les premiers transports de fret aérien ouvrent de nouvelles portes commerciales. Expédier des koïs vers l'Europe devient alors possible.

    Il suffit alors que quelques pionniers occidentaux fassent le premier pas, pour que le "koï market" voit le jour.
  • koi-showa-shinodaSi les Chinois élevaient déjà des carpes colorées il y a plus de mille ans, aujourd'hui les plus beaux koïs naissent au pays du Soleil-Levant.

    Le goût du beau, et la volonté de porter au rang d'art ce travail d'élevage, en sont sûrement les raisons.

    Par empirisme, les différentes générations d'éleveurs japonais, ont amélioré leur savoir-faire, et leur savoir, pour atteindre les sommets de la qualité du koï, qu'aucun autre pays ne lui dispute aujourd'hui
  • vue-du-mushigameNiigata !!

    Pour un passionné aucun terme n'est plus évocateur.

    C'est le berceau originel du nishikigoï.

    Aujourd'hui encore, c'est dans les montagnes boisées de cette célèbre préfecture, au milieu d'innombrables rizières, que sont élevés les plus beaux koïs du monde.
    C'est l'argile pure des noïkes, ou mud-ponds, et l'eau douce des montagnes, qui rendent ce terroir unique.
  • icone-temple Une culture ...
  • icone-budda Des hommes ...
  • icone-pierresUne histoire ...
  • icone-yinyang-poissonsUn savoir faire ...
  • icone-buddaUn terroir ...

Jour 4, jeudi 24.

 

vignetteBonjour à tous.

 

Aujourd'hui fut le dernier jour complet à Niigata pour notre Hobby-trip-group.

Seules quelques rapides visites demain matin nous permettrons de finaliser ce koï-hunting, avant que nous partions vers Tokyo dans l'après-midi.

Dernière journée, mais excellente journée côté trouvailles !

 

Bonjour à tous.

 

Aujourd'hui fut le dernier jour complet à Niigata pour notre Hobby-trip-group.

Seules quelques rapides visites demain matin nous permettrons de finaliser ce koï-hunting, avant que nous partions vers Tokyo dans l'après-midi.

Dernière journée, mais excellente journée côté trouvailles !

 

Au programme du jour :
- un rendez-vous chez Marudo en début de matinée
- un rendez-vous chez Marusei en début d'après-midi
- et "sans faute" trouver un kuchibozo kohaku pour Patrick et Eveline... mission de première importance et on ne peut plus sérieuse !

d01

 

Chez Marudo, j'ai un deal à finaliser ce matin.

En effet, lors de mon précédent voyage de sélection en octobre, j'avais réservé auprès d'Hirasawa-san un lot complet de "tosaï-surprises".

Tosaïs surprises, puisque ces koïs, sont nés le printemps dernier, accidentellement, dans un étang où quelques mâles nisaïs s'étaient malheureusement glissés au milieu d'un lot de femelles kawarimonos nisaïs, que l'éleveur avait mis en croissance pour obtenir des sansaïs.

A la pêche de ce plan d'eau, c'est la surprise donc de trouver en plus des sansaïs, plusieurs centaines de tosaïs, dont certains affichent des tailles exceptionnelles dues à l'espace disponible pour grossir.

d02

 

En réservant ces sujets très tôt dans l'automne, nous avons pu négocier avec Matcho la primeur pour la sélection dans le lot, et l'exclusivité pour l'achat des plus grands sujets.

d03

 

Le filet est rapidement tiré dans le bassin.

d04

 

J'ai hâte de commencer la sélection, et je ne suis pas le seul.

d05

 

Tous les sujets du bassin pêchés, j'attrape les grands, mesurant au delà de........... accrochez-vous........ 40 cm !

Les plus gros atteignent la coquette taille de 47 cm environ !!!

Des jumbos tosaïs âgés donc de 6 mois environ !!!!!!

d06

 

Kabuto, gin-kabuto, ginrin-kabuto, mukashi-ogon, ginrin-mukashi-ogon et doitsu-mukashi-ogon.

Lionel profite de l'aubaine et choisit plusieurs sujets !
Il cherchait un kabuto sansaï, mais cette opportunité est trop belle.

Et voici la sélection Couleurs de Niigata avec 24 pièces.

d07

d08

d09

 

Ces jumbo-tosaïs de 40 - 47 cm ci-dessus, sont rejoints dans la sélection Couleurs de Niigata par une trentaine de kabutos ( kabutos, gin-kabutos et kin-kabutos ) mais de taille inférieure... 27 - 32 cm !  Excusez du peu !

d10

 

Grâce au volume total acheté par Matcho, ces jumbo-tosaïs, possédant un capital croissance considérable, seront proposés dans nos shops à un prix défiant toute conccurence.

Renseignez-vous auprès de nos magasins Couleurs de Niigata rapidement, car la quantité est limitée comme vous le voyez ci-dessus.

Liste de nos magasins ici.

d11

 

Nous changeons de serre maintenant.

De nouveaux nisaïs yamabukis femelles sont disponibles, et ça tombe très bien, puisqu'il m'en manque encore pas mal.

d12

 

Matcho me file un coup de pouce, et nous obtenons rapidement un petit lot, très qualitatif, comprenant 4 yamabukis femelles et 1 ginrin karashi du même sexe.
Ils mesurent 42 45 cm environ.

d13

 

d14

 

d15

 

Ces différentes sélections auront consommé la matinée.

Je demande à Matcho de nous emmener manger chez Miyako, le restau-soupe de la montagne.

Ce restaurant n'est pas à côté, mais, mes co-équipiers doivent absolument manger ici avant de repartir pour Tokyo.

d15b

 

Et l'adresse a plu à tout le monde, je pense !

d15c

d16

d16b

d17

 

Un régal comme d'habitude !

C'est ma dernière de la saison :-(

 

En voiture pour la suite.

d18

 

Chemin faisant vers notre rendez-vous à la Marusei Koï Farm, nous faisons un petit stop chez Marujyu, pour voir si des budo-goromos sont disponibles.

Il y en a en effet, mais les prix sont prohibitifs vu la qualité, je trouve.

d19

 

Petite halte photo sur les hauteurs de Mushigame.

d20

 

Comme vous pouvez le constater ci-dessus, l'ambiance est triste dans le groupe, aujourd'hui encore !

 

Nous arrivons chez Marusei, et comme lors de nos 2 précédentes visites, la serre est vide.

d21

 

Oui, vous avez bien entendu, c'est notre troisième visite ici en 3 jours !

Pourquoi ?

Et bien, dès notre premier passage ici mardi, nous avons vu plusieurs koïs très intéressants...
Certains ont même fini par hanter les nuits ( et les jours ) d'Eveline et de Gabrielle.

d22

 

Nous allons pouvoir discuter de ces poissons avec Yoshiyuki-san dès qu'il sera disponible.

En attendant, je fignole la sélection 2016 Couleurs de Niigata, avec les 2 boites de nisaïs ci-dessous.

d23

 

Aka-matsubas, kogane, mizuhos et kin-matsuba de 36 - 40 cm ci-dessus,

puis yamabukis de 42 - 47 cm ci-dessous.

Une sélection de beaux nisaïs, avec des prix attractifs.

d24

 

Enfin le breeder se libère, et nous entamons la discussion concernant les quelques sujets qui nous intéressent.

Eveline, étant tombée totalement sous le charme d'un kinki-utsuri on ne peut plus original, a fermement décidé qu'elle ne repartirait pas en France sans ce koï atypique.

Koï que Matcho avait d'ailleurs repéré il y a 4 jours en arrière, et que Yoshiyuki n'avait pas voulu lui vendre.

Matcho possède beaucoup de qualité, mais le charme féminin lui fait encore cruellement défaut, contrairement à Eveline !

Un "onégaïshimasu", une courbette policée, et bingo, ce koï est pour Eveline.

 

Femelle, 38 cm, une peau parfaite, un jaune citron, un sumi comme il en existe rarement sur cette variété et un pattern en provenance directe de Mars !

d25

 

Un koï à suivre...

 

Armée de la même arme, Gabrielle ne fait aucun quartier elle non plus !

Yoshiyuki céde une nouvelle fois, et l'autorise a prélever un sujet dans son bassin de tategoï nisaï kin-ki utsuri... VEINARDE ! ! !

Femelle bien sûr, 40 cm environ, body, peau propre, sumi, kin'ki, pattern, etc, etc, etc,,, j'arrête c'est agaçant !

d26

 

Opportuniste, je profite de la brèche ouverte par les filles, et je sélectionne dans le même bassin 2 sujets pour les magasins Couleurs de Niigata.

d27

 

Ce sont 2 nisaïs de 40 - 45 cm, qui sont magnifiques et très prometteurs.

Celui ci-dessus a momentanément perdu son noir dans le bowl, mais il est superbe comme celui-ci-dessous.

d28

 

Si Patrick a retiré depuis longtemps son nez rouge, il n'en n'a pas moins baissé les bras.

Cela fait environ 1 h 30 que nous sommes là, et je l'ai vu "scanner" consciencieusement tous les bassins de la koï-house à la recherche de son kohaku-clown !
Et c'est un vrai boulot croyez-moi !

Aucun kohaku Auguste de taille correcte en vue.

 

Toutefois, dans le bassin des koïs spéciaux, au fond de la koï-farm, patrick tombe nez à nez, avec 2 sujets qui pourraient faire l'affaire, si ce n'était leur grande taille et leur qualité élevée rendant le prix du clown à écailles potentiellement excessif.

 

"Tony pourrais-tu te renseigner, par simple curiosité, sur le prix que pourrait coûter un kohaku comme celui-ci stp ?"
A condition qu'il soit disponible, très cher je me dis...

d29

 

Encore sous le charme de nos drôles de dames Yoshiyuki nous donne un prix très, très intéressant !
A ce prix là, il doit encore être envouté ?!

A moins que ce ne soit le numéro que Patrick lui a fait, nez rouge planté sur le museau ...?

Toujours est-il que ce kohaku partira rejoindre la collection d'Eveline et Patrick.

d30

 

Comment pourrait-il en être autrement ?!

Quand on désire une chose avec autant de force, la chance ne peut que sourrire.

 

Et voilà pour aujourd'hui. Une belle journée encore...

Petit détour par la Poste, puis par le magasin de souvenirs et nous sommes de retour à l'hôtel.

 

Alors à demain pour la suite !