• combat taureau vignAutodidactes et passionnés, les agriculteurs qui élevèrent les premiers koïs au siècle dernier, n'imaginaient pas quelle ampleur prendrait un jour ce phénomène.

    Leurs enfants, puis leurs petits enfants sont nés "les pieds dans les mud-ponds".

    Deux siècles plus tard, tout comme la culture du riz ( dont on dit qu'il est le meilleur du Japon ), l'élevage et les combats de taureau, le koï fait partie intégrante de la culture des habitants de la région de Ojiya.
  • dainichi vignAutrefois agriculteurs montagnards isolés, businessmen bilingues aujourd'hui, les breeders ont beaucoup évolué ces 30 dernières années.

    Malgré tout, ils n'ont pas oublié les valeurs transmises par leurs parents. Fiers, travailleurs, ce sont des Hommes pour qui l'honneur a un sens.

    De nos jours, les breeders sont majoritairement des petites entreprises familiales. Mais quelques uns, sont devenus de vraies structures commerciales modernes, telles la Daïnichi Koï Farm ou la Maruseï koï Farm.
  • torazo-vignReproduire, sélectionner et élever des nishikigoï fut durant deux siècles le hobby de quelques agriculteurs nippons, mais depuis une quarantaine d'années, les choses ont bien changé.

    Au milieu du 20° siècle, les premiers transports de fret aérien ouvrent de nouvelles portes commerciales. Expédier des koïs vers l'Europe devient alors possible.

    Il suffit alors que quelques pionniers occidentaux fassent le premier pas, pour que le "koï market" voit le jour.
  • koi-showa-shinodaSi les Chinois élevaient déjà des carpes colorées il y a plus de mille ans, aujourd'hui les plus beaux koïs naissent au pays du Soleil-Levant.

    Le goût du beau, et la volonté de porter au rang d'art ce travail d'élevage, en sont sûrement les raisons.

    Par empirisme, les différentes générations d'éleveurs japonais, ont amélioré leur savoir-faire, et leur savoir, pour atteindre les sommets de la qualité du koï, qu'aucun autre pays ne lui dispute aujourd'hui
  • vue-du-mushigameNiigata !!

    Pour un passionné aucun terme n'est plus évocateur.

    C'est le berceau originel du nishikigoï.

    Aujourd'hui encore, c'est dans les montagnes boisées de cette célèbre préfecture, au milieu d'innombrables rizières, que sont élevés les plus beaux koïs du monde.
    C'est l'argile pure des noïkes, ou mud-ponds, et l'eau douce des montagnes, qui rendent ce terroir unique.
  • icone-temple Une culture ...
  • icone-budda Des hommes ...
  • icone-pierresUne histoire ...
  • icone-yinyang-poissonsUn savoir faire ...
  • icone-buddaUn terroir ...

Jour 5, vendredi 25.

 

vignetteBonjour à tous.

Toutes les bonnes choses ont une fin !

Nous avons donc quitté Ojiya en milieu de journée, le coeur un peu lourd.
Comment pourrait-il en être autrement, vu la générosité avec laquelle nous avons était accueillis, et vu le plaisir que nous avons pris...?

Mais il faut avancer dans notre hobby-trip, et prendre la direction de notre prochaine étape : Tokyo !

Alors si toutes les bonnes choses ont une fin, elles ont forcément un début, et demain nous entamerons notre séjour Tokyoïte avec beaucoup de plaisir.

 

Bonjour à tous.

Toutes les bonnes choses ont une fin !

Nous avons donc quitté Ojiya en milieu de journée, le coeur un peu lourd.
Comment pourrait-il en être autrement, vu la générosité avec laquelle nous avons était accueillis, et vu le plaisir que nous avons pris...?

Mais il faut avancer dans notre hobby-trip, et prendre la direction de notre prochaine étape : Tokyo !

Alors si toutes les bonnes choses ont une fin, elles ont forcément un début, et demain nous entamerons notre séjour Tokyoïte avec beaucoup de plaisir.

 

Comme nous ne sommes pas spécialement pressés de partir, nous allons profiter à fond de cette belle matinée à Niigata.

 

Première visite :

e01

 

Comme je cherche encore quelques nisaïs, cette adresse peut apporter quelques surprises.

Car Hironori HIRASAWA produit de nombreuses variétés, dont certaines assez rares, et il pêche régulièrement des mud-ponds.

e02

 

Et comme ma team "Hobby-trip 2016" est maintenant parfaitement rodée, ma tâche s'en trouve facilitée !

14 yeux braqués dans les bassins, ça apporte forcément un plus.

e03

 

Je trouve rapidement plusieurs poissons intéressants dans les bassins des nisaïs, dont ceux ci-dessous, qui viennent grossir les rangs de la sélection automne 2016 Couleurs de Niigata.

Ki-utsuris et tanchos, ginrins ou classiques, composent le premier lot sélectionné.
Ils mesurent entre 37 et 45 cm.

e04

 

Viennent ensuite, les sujets ci-dessous, des nisaïs de 37 à 42 cm.
-hi-asagi
-kogane ochiba
-midori-wagoïs
-ginrin ki-utsuri
-showa

e06

 

et enfin ki-utsuri.

e07

 

Mais à trop laisser trainer des yeux dans les bassins... le pire ( ou le meilleur ) peut arriver !

e09

 

Patrick remarque un grand nisaï benigoï femelle de 50 cm, qu'il ne laissera pas repartir, et qui viendra rejoindre sa liste de "courses" déjà trop longue !

Idem pour Lionel, qui fidèle à sa devise "elle m'a tapé dans l'oeil", ne résiste pas au charme occulaire, d'un ginrin shiro-muji femelle nisaï de 55 cm, HONTOOO spécial !

e12

 

Tout ça sous l'oeil compatissant de Thomas qui comprends parfaitement le sérieux problème de koïyolithe aigue dont souffrent nos 2 amis.

e08

 

Nous passons ensuite à la Daïnichi Koï Farm, histoire d'achever nos rétines en beauté.

Spectaculaire, impressionnant, éblouissant, comme d'habitude !

 

Petit détour chez Miyakoya pour quelques emplettes d'épuisettes et autres accessoires indispensables.

 

Puis c'est l'heure du départ vers Tokyo.

Après un au revoir à Matcho teinté d'émotion, nous prenons notre train.

 

Train qui sera suivi du Shinkanzen, puis du métro, jusqu'à Tokyo Tsukiji où nous allons séjourner jusqu'à mardi prochain.

e13

e14

e15

e16

e12b

e17

e18

 

Après un mini-jardinage dans les rues de Tsukiji, dû à ma confiance exagérée dans l'application "Google Maps", nous arrivons à l'hôtel sans encombres et sans retard, grâce au guidage à l'ancienne de Patrick "carte en main".

e19

 

Voilou, ce reportage Hobby-trip 2016 est théoriquement terminé, mais je ne manquerai pas de vous poster ici même, une petite carte postale "reportage", chaque soir durant les 4 prochains jours.

A demain.